Réduction des déchets : des salariés tous concernés

Au sein du groupe Barthe, chaque salarié peut prendre la parole, proposer des idées, mener des projets. « Et la politique environnementale, la certification ISO 14 001 ont un rôle fédérateur. Un tel management touche tous les services, tous les secteurs », explique Mathilde Rapin. Mathilde est assistante commerciale à la tonnellerie de Beychac. Mais elle est aussi la rédactrice en chef de la Gazette très Futaie. Cette publication baptisée d’un joli jeu de mots est un outil de communication interne né, sous une première version, à l’arrivée du Covid-19. « Nous l’avons créé au printemps 2020 et l’avons appelée la Gazette du Pangolin. Son but : garder le lien entre nous tous. Nous avions tous l’envie de communiquer, de se fédérer. Nous avons ensuite décidé de garder le concept en changeant de nom et j’en suis devenue la rédactrice en chef », explique Mathilde Rapin.

La Gazette Très Futaie paraît tous les deux mois. Elle s’adresse à l’ensemble des salariés du groupe Barthe. Mathilde Rapin se charge de la recherche de sujets, de la récolte d’informations, de la rédaction, de la mise en pages, avec l’aide d’autres salariés. « Nous venons de publier un numéro spécial Environnement et Certification ISO 14 001, afin de sensibiliser encore plus tous nos collègues sur les enjeux et les implications de cette démarche, qui concerne tous les postes et tous les niveaux hiérarchiques. Nous leur présentons deux exemples concrets : le nouvel emballage réutilisable pour les barriques et le remplacement de gobelets jetables par des contenants durables pour la pause-café des salariés ».

Dans la perspective d’une nouvelle loi interdisant les contenants en plastique à usage unique,
Damien Laval a travaillé « pour trouver la meilleure alternative à tous ces gobelets mis à disposition et jetés aussitôt ». « De vraies solutions existent, 100% biodégradables, écocups réutilisables, mais l’option la plus durable reste la tasse et la gourde, explique Mathilde Rapin. À la tonnellerie Boutes à Beychac, 31 000 gobelets étaient utilisés et jetés par an. Ils sont désormais remplacés par des gourdes et des tasses personnalisés et avec le logo de l’entreprise. C’est aussi le cas sur l’ensemble des sites du groupe, dont les salariés ont tous adhéré à cette alternative ».

L’assistante commerciale a présenté dans la Gazette le gain économique et en CO2 de cette évolution, avec des visuels très parlants pour chaque site, la tonnellerie Boutes, la Tonnellerie Garonnaise, la merranderie et le parc à bois de l’Allier, et le siège administratif de Narbonne, qui était déjà passé aux contenants réutilisables. Au total, plus de 56 000 gobelets jetables étaient utilisés par an sur tous les sites, avec un coût de 3 300 €. Conséquences : 1 321 kg de déchets par an et une pollution en équivalent CO2 de 1 120 kg. Avec les gourdes et tasses réutilisables, la pollution en équivalent CO2 est réduite à seulement 156 kg, soit une baisse de près de 90%…Et l’économie est significative : plus de 3 500 € pour l’exercice comptable à venir !

« Les actions environnementales sont bénéfiques pour l’environnement, l’entreprise et les salariés. Cela nous tient tous à cœur d’agir dans le cadre de notre travail, comme nous le faisons sur le plan personnel dans notre vie quotidienne, souligne Mathilde Rapin. Dans la Gazette, nous mettons aussi en avant le rôle de l’Apave, un organisme qui nous accompagne dans le cadre d’ISO 14 001 pour déchiffrer et anticiper les nouvelles réglementations, comme celle interdisant le plastique jetable pour les contenants alimentaires. Nous avons décidé de publier tous les ans une Gazette spéciale Environnement afin d’informer les salariés sur l’évolution de notre implication dans des projets respectueux de l’environnement, et continuer leur sensibilisation. »

Dans le même objectif de réduire les déchets générés par les pauses café sur le site Boutes, un autre projet est en cours. « Chaque jour nous consommons à la tonnellerie de Beychac entre 20 et 30 capsules de café jetables en aluminium, indique Karine Ladrange, secrétaire commerciale, qui travaille sur ce sujet. Ces capsules peuvent être recyclées si elles sont déposées à des points de collecte chez des commerçants, mais cette solution est contraignante. Nous envisageons d’acheter une machine à café classique, qui nous permettra de ne plus utiliser de capsules, et nous choisirons du café issu du commerce équitable. Cette machine à café sera à disposition des salariés du service administratif et commercial et de nos collègues de l’atelier de tonnellerie, pour une pause en commun. Ce projet s’inscrit aussi dans le cadre de la rénovation du réfectoire des tonneliers ».

Par ailleurs, les salariés administratifs du groupe Barthe, en particulier à Beychac et au siège social de Narbonne, travaillent à réduire les consommations d’électricité et au recyclage du papier.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin